Qu’est-ce que c'est "la psychomotricité" ?

La psychomotricité est la plus jeune des professions paramédicales. Son exercice en France est soumis à l’obtention d’un diplôme d'État suite à 3 ans d’étude depuis 1974. Bien qu'elle soit en plein essor, cette profession est encore mal connue du grand public.

 

C’est en passant par le corps et les activités motrices que l’enfant, dès le début de la vie, prend connaissance du monde qui l’entoure. Il apprend à relier toutes les informations sensorielles qui lui parviennent, ce qui lui permet de se sentir exister comme un être complet et unifié. C’est également grâce à ses actions sur son environnement que le psychisme de l’enfant va se structurer. La psychomotricité postule qu’une action physique aura un effet sur le psychisme de l’individu et réciproquement.

 

C’est donc tout naturellement qu’en séance de psychomotricité, on fait, on ressent, on vit des expériences perceptives, sensorielles, ludiques, kinesthésiques... Et pour cela, le psychomotricien possède tout un arsenal de médiations : la médiation, qu’elle soit corporelle ou non, propose un espace intermédiaire et un objet commun à partager et à créer. Que ce soit la relaxation, la danse, l’art plastique, l’activité aquatique... l’important reste de permettre l’expression et la transformation des éprouvés en représentation. L’utilisation d’une médiation peut permettre l’établissement d’une communication et d’un échange entre deux individus, qui aurait été impossible ou difficile sur le mode verbal.

 


Le psychomotricien se propose donc de stimuler et développer les capacités sensorielles, affectives, expressives et motrices du sujet, quel que soit son âge. Ceci a pour but de construire, reconstruire ou consolider son équilibre psychocorporel afin de l’amener à s’adapter harmonieusement à son environnement. C’est un travail d'articulation entre le vécu corporel et le vécu psychique qui s'envisage dans une approche globale de l'individu.